L'hygiène naturelle, ou la vie sans couches !

Durant ma grossesse, alors que je pensais m'interresser de prés à la question des couches lavables, une toute autre chose a attiré mon attention... Lors d'une entrevue avec ma sage femme, nous abordions le sujet "couches" sous un angle écologique lorsque tout naturellement elle me dit "tu sais certains bébés ne portent pas de couches du tout, c est encore plus écologique!"

QUOI?? voilà...il m'aura fallu quelques minutes de discussion pour être captivée à l'idée que cela soit possible...et me décider à mettre en pratique !

Vous trouverez sur cette page quelques infos et généralités concenant la propreté des enfants et l'origine de cette approche. Puis quelques notions pratiques sur la mise en place de "l HNI" et enfin notre petite experience personelle.

 

LA PROPRETE DE L ENFANT, UN PEU D'HISTOIRE...

 Dans les pays occidentaux, la propreté des enfants est un vaste sujet. Plusieurs approches de la chose se sont succedées au fil des générations. Mais ne remontons pas trop loin dans le temps., un petit siècle suffira...Dans les années 1920 et même au delà, on conciderait que la propreté devait être acquise le plus tôt posible. Et oui, les couches lavables, à cette époque ce n'était quand même pas de la tarte, plus vite on arretait mieux c'était ! Pour cela, de nombreuses techniques plus pédagogiques les unes que les autres ont vu le jour.

Qu'il s'agisse de laisser des petits de six mois sur le pot jusqu'à obtention d'un pipi ou d'inserer de petits morceaux de savon dans l'anus des bébés pour stimuler l'envie de defection à la demande, on ne reculait devant rien pour avancer le moment de la propreté. Plus tard, on eu recours parfois à la superbe invention du "stop pipi" pour les enfants les plus en retard :  un savant systeme qui, au moyen d'un capteur glissé dans la culotte,  repérait l'humidité lorsque l'enfant s'oubliait et déclanchait une alarme sonore qui surprenait l'enfant de facon à ce qu'il s'arrete tout net le temps que les parents interviennent pour "réctifier le tir"... propreté garantie en une semaine !!!

  

Il aura fallu attendre 1962 pour qu'un médecin, le docteur Brazelton, s'insurge contre ces méthodes et propose une approche tournée vers l'enfant. Il démontre à ce moment là que l'acquisition de la propreté ne peut se faire qu'une fois une certaine maturité des sphincters atteinte. En effet, l'enfant ne peut se retenir de faire ses besoins que lorsqu'il a assez  musclé ces parties de son corps.

Il déclare entre autre qu'un enfant n'est pas en age d'être propre tant qu"il ne peut se déplacer seul et monter un escalier, aux alentours de 18 mois au moins. Aujourd'hui encore ses propos servent de références à de nombreux médecins et parents. Merci docteur Brazelton !

MAIS...! car il y en a un , forcément ! Si ce brave docteur avait raison sur le fait qu'un enfant ne peut pas se retenir, il a omis à cette épque de parler d'un détail crutial, sur lequel repose le principe de l'hygiène naturelle..mais je ne le vous dis pas tout de suite!

parlons un peu des enfants d'ailleurs..Nombreux sont les pays où les bébés ne portent pas de couches. Question de culture...ou de moyens il faut bien le dire. Japon, chine, affrique, inde...l'utilisation de couches dans ces pays est loin d'être systématique ! alors comment font ils, la-bas ? 

Les bébés ne passent tout de même pas deux ou trois ans à faire leurs besoins n'importe ou, et pourtant la plupart baignent dans des cultures ou ils sont amenés à passer la quasi totalité du temps sur le dos de leur mère ou a proximité. Les parents ont donc trouvé, ou conservé , une sensibilité plus fine que la notre qui leur permet d'aprehender plus facilement les moments ou le bébé va faire pipi ou caca,  pour agir en conséqence. Au japon par exemple les rues son aménagée de caniveaux prévus pour que les petits puissent d'y soulager. Les bambins son vétus de pantalons fendus qui évitent d'avoir à les déshabiller à tous les coups.

 

La démarche de l'hygiène naturelle n'est donc pas une nouvelle mode ou une  lubbie sortie d'un cerveau occidental mais bel et bien une façon de faire qui ne porte évidement pas de nom dans les dites "cultures". C'est encore là une façon bien de chez nous de compliquer les choses en accolant des noms pas possibles sur des choses simples.

La difference qui je pense a son importance est que...nous ne sommes pas issus de ces cultures ! Notre approche de cette forme de communication fine est bien differente de celle que l'on peut trouver en affrique par exemple. Là-bas les enfants sont portés bien plus que les notres et les mères sentent que le bébé s'apprete à faire pipi gràce au ressenti physique : les muscles de contractent, le bébé s'agite, et s'il fait malgré tout pipi sur sa mere, il arrive qu'il prenne un petite tape !

Nous, qui ne vivons pas de la sorte, qui avons de la moquette ou de jolis tapis, chez qui il fait froid en hiver, et surtout, nous qui n'avons pas connu cette approche dans notre enfance, nous avons besoin d'intellectualiser un peu les choses pour que "ça marche". Retrouver assez de subtilité dans la communication que nous avons avec nos enfants nous demande bien souvent un effort important dans les premiers temps...ne serait-ce que pour être convaincu que tout ça est possible ! Il s'agit donc de s'inspirer de la façon de faire, mais sans croire qu'on fera la même chose.

 

bon, mais quel est l'interet de ne pas porter de couches alors que c'est si pratique dans le fond ? pouquoi se compliquer la vie ?

d'une part, parce que ça ne complique pas tant que ça les choses ! au cntraire peut être une fois qu'on est un peu rodé. moi qui suis partisane du moindre effort, je trouve que l'ygiene naturelle me convient parfaitement.

 

Les avantages, (toujours à mon humble avis, comme pour tout le reste de ce site!)

1°) éviter que le bébé oublie ses sensations corporelles pour les réapprivoiser quelques années plus tard. Les couches absorbent si bien que le bébé fini par ne plus faire la relation entre l'envie de faire pipi, le fait de la faire, et le constat qu'il vient de se passr quelque chose...

2°) Le respect de l'environement, puisque quand on sait qu'un bébé si mignon à lui tout seul peut produire plus d'une tonne de dechets (de couches seches je e compte pas le poid des pipi et cacas à ajouter), tout d'un coup ça fait refléchir !

3°) l'économie ? et oui, parce que sorti de deux trois vetements adaptés, d'un petit pot(et encore on peut toujours recupérer un saladier moche qu on nous a offert pour notre mariage) et de quelques couches lavables pour les situations particulières, ça ne coute rien !

4°) la finesse de la communication qui s'installe avec le bébé...tous ces petits comportements anodins qu'on ne comprend pas toujours et qui prennent un sens qund on voit un bébé vivre cul nu, sans parler de sa liberté de mouvement, de la meilleure connaissance qu'il a de son corps...mais bref, cet argument là ne prend de sens que quand on pratique ou qu'on a vu pratiquer, pas évident de se rendre compte avant de l'avoir sous les yeux, donc je ne m'étend pas...mais ça vaut vraiment le coup !

COMMENT CA MARCHE TOUT CA ?

 

Revenons-en à ce cher docteur Brazelton...Il nous dit à l'époque que l'enfant ne contrôle pas ses sphincters...mais ne pas contrôler ne veut pas dire que le bébé ne sait/sent pas qu'il va faire pipi !

En effet, dés la naissance ( et c est même là que c'est le plus marqué) les tous petits sentent "qu'il se passe quelque chose par là". L'envie de faire pipi déconcentre, gène certains mouvements, chatouille dans le ventre, jusqu'à ce que...ça sorte !

Reste cette histoire de contrôle des shincters qui est  moitié vraie seulement. Pour faire simple, parce que je n'ai jamais été trés douée en biologie,  nous sommes munis d'un petit tuyau, l'urètre, racordé à la vessie dans lequel passe l'urine quand la vessie arrive au trop plein. Un petit muscle circulaire, le sphincter, se contracte ou se détend pour bloquer ou laisser passer l'urine de la vessie vers l'urètre, donc vers le sortie. 

A l'âge adulte nous avons  un contrôle sur toute cette machinerie. Lorsque  l'envie d'uriner se fait sentir, nos shincters,(je dis "nos"  car nous en avons un peu partout dans le corps, mais là il s'agit évidementdu sphincter vesical...c'est d'ailleurs le même principe pour le sphincter anal)  se ferment/contractent de façon reflexe, empéchant l'urine de s'écouler. Il est temps de se diriger vers les toilettes...si on ne peut pas le faire immédiatement, nous pouvons assurer une fermeture volontaire (et plus reflexe) de ce sphincter en attendant de pouvoir accéder au trone, aprés que le précedant occupant se soit décidé à sortir !

Une fois que nous avons la possibilité de nous laisser aller  à la detente dans un endroit adéquat, nous relachons/détendons/ouvrons nos sphincters volontairement, Ô bonheur !

Et ça...les bébés savent le faire !

 

Le principe est donc le suivant : dans l'apprentissage de la propreté, on demande à l'enfant d'apprendre à contracter ses sphincters pour être capable d'attendre dêtre au bon endroit et sans vetements.

Dans l'hygiène naturelle, on profite de la faculté naturelle de l'enfant à relacher ses sphincters de façon volontaire, pour lui proposer, non pas de se retenir puisqu'il en est incapable, mais de se détendre suffisament pour ouvrir le robinet !

OUI, et alors ??

 

Alors, c'est là tout l'intêret de la chose! et c'est là que les parents interviennent. Puisque le bébé ne peut pas se retenir, c'est avant que la vessie soit à saturation qu'il nous faut arriver.

Nous commençons tous à ressentir les "envies de faire pipi" quand notre vessie est environ pleine de moitié. A ce moment là, nous disposons d'un laps de temps plus ou moins long selon chacun pour trouver l'endroit révé où se soulager...avant que la vessie de soit trop pleine et ne se vide d'elle même.

Pour les bébés il en est de même. La vessie se remplie peu à peu. Quand elle est remplie de moitié, le bébé commence à se sentir géné ou déconcentré, et se tortille, s'agite (ou autre chose c est là que ca devient marrant!) jusqu'à ce que celle-ci soit complètement pleine et se vide toute seule.

 

Mais là HOP, "Super-parent" arrive quand il voit son rejeton se tortiller, le déshabille en douceur et lui met à dispositon un endroit plus approprié que son pantalon.

simple ,non??

 

ET EN PRATIQUE CA DONNE QUOI ?

 

haaa la pratique...

Le temps que Super-parent réalise que c'est le moment, se lève, cherche désespérement le petit pot, arrive prés de bébé, le déshabille sans le brusquer (aprés tout faire pipi n'a rien de dramatique !) et l'installe dans une position confotable...

c'est parfois trop tard !

 

Mais qu'importe! vous avez de la bonne volonté ! et votre bébé aussi. Au fil du temps il se rend bien compte que faire pipi dans un récipient est plus confortable (et plus sec) que de le faire sur soi, et cherche à communiquer de façon volontaire afin de s'éviter d'avoir les fesses mouillées. Et de votre coté, vous prenez le coup de main et les bonne habitudes pour répondre vite, bien, et sans stress à sa demande.

Mais comment savoir que l'heure est venue ?

A sa naissance, le bébé découvre tout un pannel de sensations surprenantes, dont celles liées à l'élimination. Dans ces moments, difficile pour lui de rester concentré sur son repas ou son activité. "Mais que se passe-t-il là dedans ?" Et quand un bébé ressent quelque chose, en général il le vit en grand.  Du coup, ça se voit, ou ça s'entend !

pour celles qui ont eu le bonheur déjà d'avoir un nourrison à leurs cotés, ces petites attitudes parleront peut-être :

-un bébé qui lache et reprend le sein avec agitation plusieurs fois de suite, puis poursuit sa tétée

- un bébé qui se met à pleurer ou à grogner sans raison apparante, et quand on s'en approche pour le consoler, c'est déj fini !

- un bébé qui pleure, s'arrete quelques secondes avec un air concentré, puis recommence de plus belle.

bon, ce ne sont que des exemples qui ne sont pas forcement fiables pour tous les bébés et à tous les moments. il n'y a pas UN "signe pipi" par bébé, sinon ça ne serait pas drôle et bien trop facile !

Dans les premières semaines de la vie de parents nous avons tous été confrontés à ces moments pénibles ou notre petit ange pleure sans que nous parvenions à en connaitre la raison. On berce alors qu'il a faim, on nourrit alors qu'il a sommeil...on le regarde désespérement en se disant que s'il pouvait parler, ça serait drôlement chouette !

Heureusement, au bout de quelques mois, Le petit extra-terrestre devient notre bout de chou que l'on connait sur le bout des doigts et il n'est plus nécéssaire de réfléchir lorsqu'il demande quelque chose, on le sait, voilà tout. Question d'horaires, de mimiques, de ton de voix (et de volume !)...

Et puis il devient lui aussi plus fin dans sa façon de demander les choses. Il est capable de nous surprendre à aller chercher sa cuillère quand l'heure de passer à table approche, de faire des signes de la main pour attirer notre attention.

Mais il arrive aussi que petit bout, habitué à faire ses petites comissions, ne soit plus géné par l'envie et que les petits signes deviennent si discrets qu'on ne les percoit plus. Pour peu qu'il soit mal luné ou obsorbé par une activité passionante, il en oublie même de faire exprés de nous le dire! Mais alors, qu'est ce qu'on fait ...??

C'est là que la magie intervient..si si , la magie !

On a plus besoin de tout ça passé un moment. Certes les pipis perdus, ça arrive, mais bien souvent, on sait. Je ne trouve pas d'autre explication. On sait qu'il va faire bientot, ou même qu'il est en train alors qu'on se trouve dans une autre pièce. L'habitude, l'intuition, la connaissance de l'autre ?? je n'en sais rien. Mais quand on en arrive à ce stade, on ne regrette pas de s'être lancé dans l'aventure...

Voilà, ce n'est pas plus compliqué que ça. On apprend a connaitre son enfant, à anticiper ses besoins. "tient, il frotte ses yeux, l'heure de le sieste approche" au même titre qu'une maman HNI se dit "tient, il touche son zizi, c'est l'heure du pipi"

Rien de bien sorcier en somme. La seule différence fondamentale est que notre bébé a besoin de notre soutien pour accomplir la plupart des gestes quotidiens...pour faire pipi, ma foi, si la réponse ne vient pas assez vite, il se débrouille tout seul...et c'est bien normal ! On ne peut pas être disponible tout le temps, pour ça comme pour le reste, avec tout la bonne volonté du monde.

L'idéal serait de commencer dés la naissance de bébé, ou dans les semaines qui suivent. Il arrive qu'on puisse commencer plus tard et que tout se mette en pace rapidement. certaines mamans y viennent tardivement à cause du fameux problème des erythèmes fessiers, ou parce que leurs petits bouts ont un peu de mal à se mouvoir avec de grosses couches...

 

POUR COMMENCER, COMMENT ON FAIT ?

Il n'y a qu'un maitre-mot...dans un premier temps :

Observation.

On observe sans déranger, on regarde son bébé, et on l'écoute. et on s'écoute ! combien de fois me suis-je dis "ha, il va avoir envie.." puis "non il vient de faire il y a 5 minutes" et plouf, c'est la flaque !

 

 Il n'y a qu'un maître-mot...dans un second temps :

coooooooooool !!!

Inutile de proposer toutes les dix minutes si on ne veut pas que bébé se braque, de lui sauter dessus si on arrive trop tard (on le fait souvent sans y faire attention...alors...attention !), de s'en vouloir de ne pas avoir vu, de l'interrompre dans son jeu (prenez le bébé et le jouet sur le pot !)...ça viendra ! parfois trés vite, pour d'autres il faudra du temps, et pour la majorité d'entre nous, on oscille entre les deux.

Rien n'est figé. Parfois on ne mouille qu'un pantalon par jour, et le lendemain en encahine sur des jours et des jours sans réussir à voir venir une seule fois ! Trop occupé, trop fatigué, trop dans l'attente de résultat...tout cela fausse la donne. Et puis ça revient, un jour , comme ça et on recommence tranquillement, toujours.

Du coté de bébé aussi il  a des hauts et des bas. Les périodes "mouillées" coïncident souvent avec un nouvel apprentissage, une poussée dentaire, une maladie, une période d'angoisse, ou une envie d'autonomie... "je peux faire pipi sans toi, tu as vu comme je suis grand?!"

Dans tous les cas, la communication qui a été établie est toujours existante, pas perdue. elle est juste mise en retrait sur une période, qui trouve toujours une explication.

et maintenant quelques infos pratiques pour bien démarrer !

La "position pipi" : pas question de poser un tout petit bébé sur le pot bien sur ! il s'agit donc de faire...comme on le ferait avec un plus grand quand on manque de wc. suspendu en position accroupie, tenu sous les cuisses,au dessus d'un évier, d'un pot, d'une baignoire, de l'herbe...on adapte la position en fonction du bébé et de ses envies : plus alongé sur les avant bras quand il est petit, plus en boule quand il est constipé, posé sur les genoux de part et d autre des fesses s'il n'aime pas être suspendu...à vous de voir.

Les vetements : favorisons les petits pantalons style joging sans boutons, fermeture éclair, pressions... et évitons les tenues d'une pièce au risque de devoir changer la tenue complète. Il existe aussi des guètres (babylegs), qui gardent les jambes au chaud et les fesses à l'air, ou plus accessibles si on prefère mettre une couche lavable (sans culotte de protection, comme ça on sent tout de suite l humidite pour la changer vite). Les shorts et culottes en éponges sont merveilleuses...On peut aussi fendre des pantalons classique de "devant a derriere" pour avoir seulement a écrater les jambes de bébé sans le déshabiller. ensuite, tout s'aménage, question d'imagination.

Le "coin-bébé" :  Dans le parc ou sur le tapis d'eveil, on peut mettre des serviettes éponges et un morceau de tissu polaire par dessus.(même principe qu'une couche lavable) Idem dans le lit ou sous la chaise haute, à moins de préferer une peau de mouton, hydrophobe qu'on essui et qui est sèche tout de suite.

Le récipient : un pot ou un saladier sont supers pour éviter d'avoir à changer bébé de place tout le temps. puis le pot sera son copain le jour ou il sera propre pour de bon. En ballade ou la nuit, un tuperware qui ferme bien est pratique aussi.

Et pour les accidents  : une bonne pile de langes en coton à glisser sous les fesses d'un bébé peu ou pas mobile, ou sur les genoux quand on le porte. Des petites serviettes, lingettes ou langes pour éponger les fuites, halte au sopalin !

 

enfin...

Les dix règles d'Or de l HNI

1°) soyez tendre avec votre bébé

2°) soyez tendre avec vous-même

3°) écoutez...

4°) adaptez les vetements et la maison

5°) gardez des couches pour les moments délicats

6°) aménagez la pratique selon votre vie (total sans couche, seulement à la maison, seulement le matin...)

7°) N'attendez rien, n'espérez rien, ne guettez pas sans cesse.

8°) relativisez les périodes "sans"; ce n'est pas bien grave.

9°) trouvez des gens avec qui en parler librement.

10°) croyez en vous !

 

Et dans les jours ou "ça ne va pas", mettez des couches et méditez ceci :

"combien de tétées aura t il fallu pour qu'il prenne le sein tout seul ?

Combien de nuits aura t il fallu pour qu'il s'endorme seul ?

Combien de sourires aura t il fallu pour qu'il y réponde ?

Combien de temps lui faudra t il pour qu'il dise "maman" ? "

il faut du temps au temps...!

 

j'espère avoir été claire et ne pas m'être trop égarée !

j'ajouterais sous peu à cette page nos petits aventures...

noé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (6)

1. Crokelune 21/05/2008

..et oui c encore moi ^^

je vais etre honnete j'ai de loin pas tout lu.. parce que j'ai pas le gout d'essayer (et quand bien meme ce serait un peu tard), et que donc je me sens pas trop concernée pour les détails. Je trouve l'expérience super intéressante par contre mais j'aimerai 100x mieux t'entendre me l'expliquer. :)

Par contre j'ai lu la fin plusieurs fois.. les 10 règles d'or et j'ai trouvé que ce que tu dis pour "les jours ou ça va pas" super super parlant et super joli!!
D'ailleurs ça me donnerai presque envie d'en faire une chanson... tu me laisserai te siter?

Bizzz.. je vais lire un peu plus haut :p

2. Laetitia 22/05/2008

Alors moi comme tu le sais je fais pratique un peu cette methode mais à contre sens car en premier lieu c'etait pour que mathias decouvre son corps et qu'il puisse s'assouplir !! Aujourd'hui j'arrive bien à savoir quand il va faire pipi mais je le laisse tranquille je lui met un petit short en eponge et apres c l'heure du bain !! En tt cas cet été Pampers ne fera pas bcp de recette grace à moi !! Et pr mon second il n'en fera pas du tout car je me pencherais sur les couches lavables, je voulais à un moment j'avais mm commandé mais pb de commande apres je n'ai pas eu le temps de m'y pencher mais j'y pense serieusement ! Bravo pr ton article j'ai appris bcp de chose !!

3. nicoz (site web) 26/06/2009

hello j'ai eu l'adresse d cette page par Maud. je suis nicoletta une fille italienne,
ma fille a presque 4mois et j fais l'hygiène naturelle depuis 3jours, c'est pas beaucoup!
mais avant j'ai beaucoup lu sur le thème et la j'arrive à prendre le pipi dans un bol pendant que j'allaite ou apres la sieste (toujours en allaitant) et aujourd'hui j'ai "pris" deux fois le caca dans le bol (pas d couches à laver, yuppy)!
mais j me demand si j m'y prend bien, je fais un son' pour le pipi ("pssshhhhpshhh") et un pour le caca (fooot fooot cacca! foot fooot cacca!^^) et je ne sais pas si ils sont efficaces! sourtout que la pipi ça va iper vitte, de que j m'aperçoive que elle est en train d faire dans le pot (un petit saladie) je fais "le son" et elle a dejà fini! est ce que elle va comprendre?!

mais bon j'espere que à la longue elle va les reconnaitre et j'arriverais à ne plus associer le pipi/caca sans la tété mais just avec le son!
:))

merci d'avance
et desolées d mon horrible français!
:))))

4. Caroline Déziel 03/05/2011

Bonjour

Merci beaucoup pour cette page. Je vais donner le lien à ma mère qui ne comprends pas bien mon choix de l'hygiène naturelle : Tes explications sont très bien

5. clairevision 01/09/2011

Bravo pour ton blog !
J'aime beaucoup la fin de ton message, tu devrais le mettre en signature sur bébénature ... :)

6. Ondine_V (site web) 18/02/2012

Merci pour ce précieux blog qui fait suite à ma recherche de témoignages de vies sans couches suite au reportage alarmant d'Arte intitulé Couchorama.
téléchargeable ici : http://www.t411.me/torrents/couchorama-fr-tvrip

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site